À noter - Interventions


Saint-Denys-PA

Le patrimoine religieux mobilise une large part des efforts humains et financiers déployés au Québec afin d'assurer une pérennité à l'héritage bâti collectif. Un des enjeux majeurs est d'assurer un avenir aux lieux de culte excédentaires, au nombre desquels se retrouvent bien des églises modernes. Un des programmes de reconversion particulièrement judicieux est celui qui consiste à les transformer en bibliothèque publique, comme l'a montré le colloque organisé par le Conseil du patrimoine religieux sur le sujet en mai 2012, une rencontre où fut présenté entre autres le projet de reconversion de l'église Saint-Denys-du-Plateau à Québec. Fermé depuis l'an 2000, l'édifice rénové par l'agence Dan S. Hanganu Architectes pour accueillir la bibliothèque Monique-Corriveau est à nouveau ouvert au public dès ce samedi 30 novembre. De passage à Québec à la fin du mois d'octobre en compagnie du photographe Michel Brunelle, nous avons pris le temps de le visiter afin de vérifier si les craintes que m'avait inspirée le projet en regard de la préservation du patrimoine, se confirment. Il avait été présenté par des représentants de la Ville de Québec lors du colloque intitulé «Est-ce qu'une église peut devenir une bibliothèque au XXIe siècle?» organisé à la GBQ au printemps 2012. 

Saint-Denys sur rue  Saint-Denys-arrière

Le nouvel édifice est d'une grande qualité architecturale comme la majorité des projets réalisés par l'agence Dan S. Hanganu Architectes. Cependant, l'oeuvre de Jean-Marie Roy est totalement transfigurée, le grand vaisseau noir largement opaque érigé sur la rue de l'Église est devenu un grand volume blanc et largement transparent. Certes, la forme générale du toit qui se déploie comme une immense tente gonflée par le vent, pour reprendre la métaphore utilisée par Martin Dubois, l'auteur de la récente monographie sur Roy, est conservée, mais de nombreux détails ont été modifiés. Ainsi, le recouvrement de la toiture en bardeaux d'asphalte a été remplacé par de la tôle à la canadienne et les fermes en bois lamellé-collé de la nef ont été amputées pour de bonnes raisons sûrement, des poutres d'acier ayant remplacé leurs extrémités qui pointent à hauteur des rives latérales. La façade sur rue est maintenant largement vitrée et un volume de verre qui contient un escalier y est accolé. Sa porte n'est pas le seul accès au bâtiment, deux autres entrées étant aménagées côté nord. Celle à l'arrière dessert la salle de conférence installée au sous-sol dans le grand volume de verre qui est venu remplacer la salle paroissiale et le presbytère. À l'intérieur, le volume de la nef est toujours visible, bien qu'une mezzanine ait été ajoutée.

Nous ne pouvons nier qu'une énergie stimulante se dégage de l'édifice rénové, mais nous devons déplorer que la dimension patrimoniale ne faisait pas partie de la commande, si ce n'est de manière rhétorique, ni du projet. Nous ne savons pas si en rénovant l'église Saint-Denys nous avons perdu une des importantes églises modernes du Québec ou encore une des réalisations majeures de Jean-Marie Roy, bien que nous nous en doutons, l'intervention n'ayant pas été précédée des études qui auraient pu l'établir. Nous avons gagné par contre une oeuvre de Dan Hanganu et une bibliothèque de quartier adapté à la demande.

Une dernière question : qu'adviendra-t-il de l'ancien édifice de la bibliothèque Monique-Corriveau situé non loin de la nouvelle, un bâtiment en béton datant de 1967 et signé Gauthier, Guité, Roy ? FVL 30-11-2013.

Invitation de la Ville de Québec

Le samedi 30 novembre à compter de 10 h, la Bibliothèque de Québec invite les citoyens à venir découvrir les nouveaux locaux de la bibliothèque Monique-Corriveau située au 1100, route de l’Église dans l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge.


Pour en savoir plus...

 

Auger, Samuel, «Déménagement de la bibliothèque Corriveau : fin de la sage en juin 2013», La Presse, 16 avril 2012, en ligne.

Conseil du patrimoine religieux et Ville de Montréal, Colloque sur la transformation des églises en bibliothèque, 2012, en ligne.