Patrimoine moderne et développement durable

 

ONU

À première vue, patrimoine moderne et développement durable forment un couple improbable. L’architecture du mouvement moderne, l’architecture novatrice du XXe siècle est portée par l’idée de progrès humain – social, technique et esthétique –. Sa concrétisation dans les ensembles urbains et les édifices est objet d’évaluation dans l’établissement de l’intérêt patrimonial, selon la méthode préconisée dans le cadre de l’inventaire de Docomomo International. Or, la manifestation tangible du progrès est trop souvent réduite à la croissance économique, à l’augmentation sans fin de la quantité des biens produits, une tendance que remet en question la notion de développement durable. Un de ses piliers est la préservation de l’environnement mis en péril par la fabrication forcenée de produits d’usages éphémères et à l’obsolescence programmée, sources majeures de pollution. La durabilité n’était pas un souci pour les propagandistes de la modernité architecturale : pour les futuristes, chaque génération devait construire sa ville. Alors que, dans les années 1950, aux États-Unis, un cadre normatif était élaboré pour la fabrication des mur-rideaux, une durée de vie de quelques décennies à peine était envisagée pour ce dispositif apprécié vu qu’il permet de construire plus vite et toujours plus haut.

Le développement durable, soutenable, est un des grands enjeux contemporains. Et pourtant dans le réseau de Docomomo, le sujet n’a pas l’actualité qu’il mérite. Certes, le numéro 44 (2011) du journal de Docomomo International a pour thème Modern and Sustainable. Il fait écho à l’ouvrage alors récemment publié par Carl Stein, Greening Modernism. Par ailleurs, une des sessions de la dernière conférence internationale tenue à Ljubljana, fin août 2018, avait pour sujet l’efficacité énergétique et l’impact environnemental. Soucieux de l’avenir de Docomomo, en 2014, le président fondateur Hubert-Jan Henket et l’actuelle présidente AnaTostöes ont lancé un appel à la formation d’un Comité de spécialistes/Durabilité.

Vu l’importance du sujet, l’agence Provencher_Roy et Docomomo Québec organisent une journée d’étude sur le patrimoine moderne et le développement durable à l’UQAM, les 2 et 3 mai prochains.

FVL, 27 mars 2019

 


 

Pour aller plus loin

Docomomo Journal, n°44, 2011.

«Hubert-Jan Henket – The Future of Docomomo», Youtube, en ligne.

Stein, Carl, Greening Modernism. Preservation, Sustainability, and the Modern Movement, New York, W. W. Norton & Company, 2010, 296 pages, ill.