Le Parc olympique, une architecture à célébrer

5501 affiche 36x48 150527 r1

De plusieurs manières, Docomomo Québec est associé aux célébrations du 40e anniversaire des Jeux olympiques de Montréal. L'une de ses contributions est sa collaboration à la préparation de l'exposition qui est présentée du 8 juin 2016 au 8 janvier 2017 au Musée Nincheri-Dufresne à cette occasion sous le titre Le Parc olympique une architecture à célébrer. Montée sous la direction de Soraya Bassil, cette présentation se nourrit des résultats de l'étude patrimoniale commandée à Docomomo Québec par la Régie des installations olympiques (RIO).

Cette exposition centrée sur l’architecture des installations érigées au parc Maisonneuve en vue des Jeux d’été de 1976 propose au grand public de découvrir le Parc olympique de Montréal autrement.

Elle débute en retraçant la grande aventure du parc des Sports portée par les maires Camillien Houde et Jean Drapeau et en inscrivant son projet dans le cadre de l’action municipale en faveur du sport. Pour illustrer ce pan, trois projets élaborés par de grandes figures de l’architecture du paysage canadienne et américaine sont présentés. S’ajoute à cette entrée en matière le projet de tour-monument voulue par le maire Drapeau pour Expo 67 et qu’il réussit en quelque sorte à réaliser à l’occasion des Jeux d’été dont la Ville décrocha l’organisation le 12 mai 1970.

Alors que Jean Drapeau contacta l’architecte français Roger Taillibert pour lui confier le projet du complexe olympique, celui-ci avait à son actif plusieurs équipements sportifs d’envergure dans son pays. Plusieurs de ceux-ci sont présentés dans le second volet de l’exposition, tout comme les installations érigées par les cinq villes qui avaient précédé Montréal dans l’organisation des Jeux.

Le cœur de l’exposition porte sur le Parc olympique conçu par Roger Taillibert en collaboration avec des professionnels locaux et français. Mis en chantier par la Ville de Montréal au printemps 1973, le Stade olympique, le centre de natation et le vélodrome furent achevés par la Régie des installations olympiques (RIO) afin que puissent s’ouvrir les Jeux d’été de la XXIe Olympiade le 17 juillet 1976.

L’exposition donne un aperçu de l’expérience qu’offrait le Parc olympique aux athlètes et aux spectateurs. Enfin, l’achèvement du mât et la pose du toit rétractable en 1987 viennent clore provisoirement cette grande épopée.

Le propos est illustré de reproductions de photos, de dessins et d'extraits de films issus de nombreuses archives ainsi que de plusieurs artefacts.

DQ - 2016-06-01

 


Pour en savoir plus...

 

Jerôme Delgado, «Le «Big O», ses attraits, ses hommes, ses femmes», Le Devoir, 14 mai 2016.